Luc Van Leynseele

Présentation

Luc Van Leynseele est petit-fils et fils de peintre. C'est dire s'il a baigné dans la peinture dès son plus jeune âge. Après des études à Courtrai, il en fait d'ailleurs son métier puisqu'il devient peintre en bâtiment.

Parallèlement, il fréquente le Cercle artistique mouscronnois et le Cercle de la Main d'or mais sa profession ne lui laisse que peu de temps à consacrer à ses aquarelles et ses huiles.

En 1989, un grave accident de travail lui impose un changement de vie: il devient professeur au Tremplin et profite alors de ses mercredis après-midi pour suivre, durant cinq ans, les cours de Jean-Louis Pion aux Beaux-Arts à Tournai.

A la veille de sa retraite maintenant, il peut laisser libre cours à sa passion. Il aime cependant partager celle-ci puisqu'il anime, tous les jeudis soirs, l'atelier de peinture du Clair Obscur ".Com".

Son style est comme teinté de surréalisme: "Je transforme le réel", dit-il, "je le détourne afin de lui donner un autre sens, une autre fonction." C'est ainsi que les moules se font papillons. Les taupes sont des selles de vélo: leur pattes sont des clefs. Un peu comme dans les contes de fées. Les instruments de musique se combinent pour devenir des femmes...

Dénoncer les inégalités :

Son imagination est extrêmement fertile: "Dans une bonne période, je finis un tableau et j'ai déjà des idées pour le suivant. Avant de peindre, j'effectue des croquis, je place les choses et les objets. Tout est décidé avant de prendre les pinceaux."

Luc Van Leynseele possède l'amour du travail fignolé et ne produit qu'une dizaine d'œuvres par an bien qu'il travaille chaque jour. Depuis cinq ans, il utilise l'acrylique dans des teintes assez modernes: une gamme de bleus, gris avec quelques touches de rouge.

A coté de son univers de fantaisie, on retrouve aussi des toiles qui dénoncent les inégalités sociales. La misère du peuple et de la rue, où les hommes deviennent des zombies, s'oppose au sein d'une même œuvre au monde de la finance, à des dirigeants qui perdent le sens de la réalité. Son œuvre dénonce aussi, à travers des ciels composés de multiples petits papiers, le monde de la paperasserie et des tracasseries administratives. Ces toiles-là, plus humanistes, sont très denses, ce qui fait dire à Claudie Jadot de la Galerie C: "Il faut observer les œuvres de Luc Van Leynseele longuement avant d'en déchiffrer tous les personnages et leur message. Ce sont de vraies toiles à lire."

[SOURCE : Article 'Sudpresse' du 18/03/09]

Prix & Distinctions

-

Expositions

Galerie C (Mouscron) - 15 mars au 10 mai 2009

Actualités

-

Liens