Soisik Libert; Un style unique et très personnel

Jusque fin juin, la Calaisienne Soisik Libert expose ses œuvres à la Galerie C. Découverte d’une artiste passionnée.

Couleurs et érotisme, deux traits caractéristiques des œuvres de Soisik Libert.La Galerie C est réputée pour promouvoir les artistes locaux. Jusqu’au 30 juin, elle offre la chance à Soisik Libert d’exposer ses œuvres au public hurlu. L’artiste calaisienne est très vite tombée dans la marmite de potion artistique quand elle était petite. «Je vis dans une famille de musiciens et j’ai ressenti très vite une vocation artistique. Mon grand-père dessinait des robes pour le théâtre et m’a transmis sa passion. Vers 4-5 ans, j’ai commencé à peindre et j’ai continué par la suite».

Pourtant, tout aurait pu se stopper net. « Je suivais des cours de peinture le jeudi et le directeur, grâce à ces démarches, m’avait permis de rentrer à l’Académie des Beaux-Arts de Paris à seulement 14 ans. Malheureusement, mes parents m’ont empêché d’y accéder. Pendant plusieurs années, j’ai alors abandonné mes pinceaux pour me consacrer à la poésie. Elle me servait à combler mes blessures dues au refus de mes parents d’assouvir ma passion».

Bien qu’ayant connu un certain succès grâce à ses proses, l’artiste française a repris son chevalet quelques années plus tard. «J’ai éprouvé de grosses difficultés à surmonter mes blessures. Grâce à diverses rencontres faites à Hambourg dans les années 80, j’ai retrouvé le goût de peindre».

Un courant à elle seule

Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que depuis la reprise des pinceaux, la Calaisienne est devenue une boulimique de travail.

« Je crois énormément en ce que je fais. Je suis tout le temps en train de travailler à mes œuvres. On pourrait presque dire que je suis mariée avec. Je peux passer de nombreuses heures auprès d’elle, même si j’essaye de me calmer et de me coucher plus tôt qu’avant », plaisante Soisik Libert.

Pour décrire son style, la peintre ne va pas par quatre chemins. « J’ai un style qui colle parfaitement avec l’air du temps, un style très moderne. Dans mes tableaux, je mêle mes deux passions. Je dis souvent que je dépeins ma poésie et que j’écris ma peinture. Dans chaque œuvre, je narre une histoire par les symboles par exemple. Je m’investis aussi beaucoup dans mes peintures, j’y raconte des aventures très personnelles».

Et quand on lui demande dans quel courant pourrait-on la loger, la réponse ne se fait pas attendre.

«On retrouve dans mes œuvres des bribes de pop-art et de néoromantisme… Il est assez difficile de me classer dans une catégorie bien définie. Je pense que mon style est unique et que l’on pourrait créer un courant à partir de celui-ci».

[SOURCE: Article de Arnaud Smars pour L'Avenir. 13 Mai 2013]
[CREDITS PHOTO: ÉdA pour L'Avenir]